saint françois

Il m'aura fallu plus de trente ans après être devenue orthodoxe et dix ans de cours, conférences, stages, sessions d'un week end autour de la théologie orthodoxe, de la pratique de la prière du coeur, avant d'oser me lancer dans l'aventure de l'icône.
Et voilà plus de douze ans que j'ose mettre mes pas dans la tradition byzantine qui m'a été enseignée.
Plus de douze ans que devant chaque nouvelle icône, c'est une première fois, que je refais les gestes comme s'ils étaient tout à fait nouveaux, mais avec la conscience de plus en plus aigue que chaque geste prépare le suivant, que toute erreur laisse des traces sur l'étape suivante, que toute négligence se paiera tôt ou tard.
La loi du karma (oh! le vilain mot que la tradition orthodoxe vouerait aux gémonies!), la loi du karma vécue dans l'immédiateté de l'étourderie, de la paresse, de l'absence à soi-même.
Personne qui n'a pas encore pratiqué cette discipline, car c'est une discipline plutôt qu'un art ne peut imaginer combien elle est un maître exigeant.
Maître de patience, maître de précision.
L'icône, sa réalisation est un chemin.
Au fond, terminer une icône n'est pas un but en soi.
L'important c'est de vivre consciemment, avec coeur, chacune de ses étapes.
Le but réel, c'est de faire de sa vie une icône et ça, c'est un tout autre défi.
Réaliser une icône c'est se confronter à ses limitations, ses impatiences, ses préférences, ses aversions et c'est les traverser, en comprenant que peu importe le but du chemin, ce qui compte c'est la manière de l'arpenter. Réaliser une icône, c'est accepter de se laisser modeler par elle, traverser par elle, enseigner par elle; c'est accepter de s'effacer.
Pratiquant le taï chi chuan, je vois les liens entre l'icône et la forme. Le lien. La transparence.
Jamais acquise. Toujours à acquérir.
L'icône, ce n'est pas seulement de la technique. Et ce n'est surtout pas du talent. En cela mon titre est trompeur: l'écriture d'icône n'est pas un art. Ou alors c'est un art martial.
Un art martial qui transforme la manière qu'a notre énergie de se manifester au monde et qui se matérialise, entre autres, par l'icône qui se réalise sous nos doigts.

....à suivre

MC le 1er mars 2018

PS En illustration, la dernière icône que j'ai réalisée; j'avais pris quelques licences avec la tradition. Elle était destinée à un proche, en questionnement sur le sens de la vie, l'infini.  Son dernier sms, chargé de jugements à mon endroit (et je profite de cet espace pour les lui restituer puisqu'ils lui appartiennent) a clôt nos échanges pour une durée indéterminée!; il se terminait par l'assimilation de l'icône à une idole.
Je ne lui ai finalement pas offerte cette icône à laquelle décidément il n'aurait rien compris et dans laquelle il aurait vu, tout au plus, une oeuvre d'art avec un peu d'or pour faire précieux.